19 décembre 1996

Naissance de Projet Action

Pourquoi Projet Action existe, comment cela s’est-il passé, pourquoi à Madagascar et pourquoi Ankaraobato et Milenake ?

Le Zébu profite du 20e anniversaire pour répondre à ces questions. (article déjà paru dans le n°58 « 15e anniversaire »)

Projet Action est née de hasard, de rencontres et d’émotions… la gestation, inconsciente, a duré dix ans et ces hasards, ces rencontres et ces émotions ont été nécessaires pour qu’un beau soir, le 19 décembre 1996, vingt-cinq personnes se réunissent pour créer Projet Action.

Tout a commencé fin décembre 1986 à Agen (en fait cela a peut-être commencé bien avant, en 1960 quand Philippe et son équipe de Cœurs vaillants avait réalisé un dossier et une action en faveur d’un pays en voie de développement : le Brésil). Philippe MEYER est chez ses beaux-parents, il feuillette un numéro de l’Express et lit un petit article sur la mission France de Médecins du Monde basée sur l’aide médicale gratuite pour les « paumés » de Paris, Strasbourg et Bordeaux.

Il trouve cette mission plus que sympathique, mais comment y participer ? L’idée lui vient de mettre dans le coup l’entreprise dans laquelle il travaille : France Abonnements (leader français de la vente d’abonnement de magazines par correspondance) et plus précisément l’activité dont il est le directeur : France Abonnements Entreprises. Après en avoir parlé à la direction générale, qui a donné son accord, l’idée se concrétise : au 2e semestre 87, pour chaque abonnement vendu par FAE (France Abonnements Entreprises), 1F sera reversé à Médecins du Monde pour sa mission France.

FAE le dit à ses clients, des milliers d’abonnements sont vendus, pas plus que prévu, mais Philippe estime importante la notion d’entreprise citoyenne et il est heureux d’avoir pu faire se rejoindre une action humanitaire avec l’image dynamique et ouverte sur le monde de l’entreprise dans laquelle il travaille.

En 90 et 92, FAE « remet ça » au profit de la chaîne de l’Espoir de Médecins du Monde. Il s’agit de faire venir en France des enfants de pays d’Afrique et d’Asie du sud est pour les opérer, des enfants condamnés chez eux faute de compétences et de structures médicales suffisantes.

Philippe va sur le terrain avec une petite équipe de Médecins du Monde. En 90 à Djibouti il rencontre Kadra, une gamine de 9 ans, qu’il reverra à l’hôpital Necker à Paris, sauvée. En 92, à Bobo Dioulasso (Burkina Fasso), c’est la rencontre de Diane 6 ans… elle aussi sera sauvée et avec elle plusieurs dizaines d’autres enfants grâce à ces deux actions FAE/Médecins du Monde.

En juin 93, dans une école du Loiret, Philippe fait connaissance avec Aide et Action dont l’objectif est la scolarisation des enfants du tiers monde. Il décide de parrainer un enfant.

Début 94, FAE commence à préparer son 10e anniversaire et Philippe souhaite entourer cet « événement » d’une nouvelle opération humanitaire. Il prend contact avec Aide et Action et compte tenu du budget dont il dispose (100000F), Aide et Action lui propose de financer la construction d’une école primaire.

Il donne son accord et dit son intention d’aller sur le terrain pour connaître le village, l’équipe d’Aide et Action, voir comment l’argent est utilisé …quelques jours après, Aide et Action annonce « ça sera à Madagascar et le village s’appelle Ankaraobato ».

Début avril il se rend sur place, fait la connaissance du village et de son patriarche, un certain Robson Tsiravoa. Il est très ému par l’accueil et déclare « votre école sera construite, FAE s’engage à la financer ».

Le village l’invite avec insistance à revenir un an plus tard pour l’inauguration de l’école. De fait un an après, il revient avec douze collaborateurs et collègues de France Abonnements et le 7 avril 1995 c’est l’arrivée à Ankaraobato. Le village semble désert mais lorsque le groupe arrive vers l’école, il y a de la musique et au moins 2000 personnes … une journée inoubliable.

« Ces deux voyages m’ont permis de connaître Anklaraobato, de voir ce qu’il y avait : une école et surtout ce qu’il n’y avait pas… tout manquait… des enfants mouraient à cause de trois fois rien.

Je ne pouvais pas ne rien faire.

Dans les jours qui ont suivi, je me suis senti capable d’entraîner des gens autour de moi, j’ai pensé à des collègues de France Abonnements, à des amis, relations, à ma famille…et l’idée de créer une petite association est venue.

L’idée a mûri pendant près de 18 mois …j’avais énormément de travail à FAE et … qu’allait penser la direction générale… à l’automne 96 je me décide et en novembre je suis retourné là-bas pour connaître et recenser les besoins prioritaires d’Ankaraobato et de trois autres villages.

Quelques jours après mon retour, j’invitais une trentaine de collègues à participer à l’Assemblée générale constitutive de Projet Action ; vingt-cinq sont venus, c’était le 19 décembre 1996 au 5 rue de la Baume à Paris 8e … la suite vous la connaissez et vous en faites partie : MERCI ET BRAVO »

Philippe MEYER – Président fondateur de Projet Action

 

 

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION