Quoi de neuf ?

 

EPP ANTEVAMENA

Antevamena est un village isolé dans une zone agricole, Il se trouve à 10 km au Nord Est de la de commune de Tsianisiha.  La quasi-totalité des habitants vivent de l’agriculture et de l’élevage. La faiblesse  des revenus et la part des dépenses alimentaires dans le budget des ménages pauvres diminuent le taux de scolarisation et augmente les taux de déperdition scolaires. Durement frappé par le dénuement, bon nombre de familles préfèrent plutôt faire travailler leurs enfants pour subvenir aux impératifs du quotidien  que de les envoyer à l’école. Affecté par la situation et à la demande des villageois, Projet Action  a décidé de financer en 2011 la construction d’une école de 5 classes pleine de table-bancs. Mis en chantier vers mi-mai 2011, l’école est terminée fin septembre et a été inaugurée le 24 Octobre en présence  du Maire, des autorités de l’éducation, du Président de Projet Action et quelques représentants des parrains et donateurs. Tous ceux qui ont pris la parole pendant la cérémonie ont souligné la beauté du bâtiment et l’intérêt qu’il représente pour l’éducation des enfants dans le village. Cela fait un moment que l’on n’a plus entendu parler de cette école et on est curieux de connaitre ce qu’elle est devenue ? 

Un entretien avec le Directeur  nous a appris que, malgré les orages et cyclones, l’école  reste indemne. Elle compte actuellement 185 élèves, répartis en 5 sections et encadrés par 5 enseignants. Les résultats des examens officiels sont toujours convaincants. L’année dernière, 11 sur les 12 candidats présentés ont décroché le CEPE  et ont quitté le chemin du primaire   pour emprunter la piste des collèges de Beravy ou de Tsianisiha. Les parents d’élèves ont profité de  la nouvelle politique de l’éducation pour  demander l’ouverture  des classes préscolaires. Afin d’activer la procédure  ils se sont cotisés pour payer la construction  d’un bâtiment en pisé de 2 salles pour accueillir 106 préscolaires  dont 59 sont regroupés dans la petite section et 47 dans la grande. Un entretien avec le Directeur nous a permis de noter que les élèves encadrés par des maîtres FRAM (non titulaires, embauchés par les parents d’élèves et, en principe, indemnisés par ces derniers) se caractérisaient par des résultats décevants. Il est très probable que la déficience soit l’effet de la démotivation. Pour les soutenir, les parents d’élève  se sont convenus de payer en nature leur part de cotisation annuelle. Même si le soutien  paraît chétif, il comporte un petit avantage pour les dépenses en nourritures des nécessiteux éducateurs.

Le coordinateur de Projet Action-Alijaona RAJOMALAHY

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION