mission de juin 2019   ~  compte rendu 

 

Samedi 15 juin : Je devais arriver à 12h20 à Tuléar mais Air Maden avait décidé autrement, j’arrive donc vers 17h30. Ce matin,depuis Tana, j’ai fait déplacer la réunion prévue avec les entrepreneurs ce jour à 17h en la plaçant demain matin 9h. Dans une mission il faut presque en permanence gérer les modifications de programme et ça commence dès le premier jour !

Je fais le point avec Alijaona pendant une bonne heure sur le programme et sur les dernières nouvelles.

 

Dimanche 16 juin : Je reçois donc les entrepreneurs à 9h pour un point sur chaque chantier avant d’aller vérifier le tout sur place… du retard sur le chantier d’Ampoizy (EPP), un avenant à signer pour la piste Volamindry (il faut plus de remblais et des perrés maçonnés sur 50m des deux côtés : cette modification est

liée aux pluies terribles de janvier et à ses conséquences sur la piste, le devis avait été fait en 2018). Nous faisons également le point sur les paiements et j’informe les entrepreneurs de mes dates de congés pendant lesquels seul notre salarié pourra me joindre par téléphone en cas d’urgence.

Nous prévenons le menuisier que nous passerons dans 30mn pour charger une partie des meubles à destination de l’école de Bekodoy et que nous reviendrons vendredi 21 en fin de journée pour charger l’autre partie.

En route pour la brousse, bien chargés, nous faisons halte à Ambolimailake peu avant midi chez Henri pour un déjeuner «riz - poisson - crevettes». Nous filons ensuite plus au nord et à Ankilimalinike nous prenons à gauche en direction de Manombo pour y déposer les meubles à la mairie. Il y a quelques années,

l’absence de piste «correcte» nous aurait empêché de faire ce crochet pour livrer ces meubles mais les pistes réalisées en 2015 et 2017 rendent possibles ce qui ne l’était pas.

Arrivée et installation à Tsaragiso. Grosse activité dans les rizières, les quantités d’eau de janvier-février ont transformé le paysage et l’on peut admirer les différents verts selon que le riz vient d’être repiqué, plus avancé ou en train d’être récolté. Et,

puisque l’on parle de riz, c’est décidé, ce soir nous faisons … des frites !

 

Lundi 17 juin : C’est un grand jour pour Tsaragiso car, comme prévu, aujourd’hui M. Faly vient avec son appareil pour photographier 84 personnes pour faire (ou refaire) leurs Cartes d’Identité Nationale. Un tissu bleu est tendu (tenu par deux gars) contre un mur, il y a un tabouret pour les photographiés et M. Faly se place à 2m en zoomant pour cadrer le buste. Claude, le président d’AVT avec qui tout a été organisé, appelle les gens pour qu’ils se préparent : «allez vas-y, à toi !».

En général les villageois sont impressionnés par la solennité du moment ; leur beau polo ou tee-shirt, la coiffure pour certaines, la photo, l’appareil, le photographe, les spectateurs … « pris » par l’évènement, ils ne rigolent pas, c’est vraiment du sérieux et quand M. Faly fait signe que c’est bon … c’est comme une délivrance, on se lève, on va vers la famille ou les amis et on rigole en se tapant sur l’épaule … ça va, c’est fait, j’ai réussi, soulagé, je n’ai pas été ridicule pour ce moment si important et devant tout ce monde.

Nous aurons les photos dans trois jours, il y aura ensuite les différentes

formalités de « reconnaissance » par le chef de village, le Maire, le formulaire spécial au district, sans compter un passage des dossiers au ministère de l’intérieur… la routine quoi !

Et je pense au jour de la remise des cartes quand nous appellerons un par un chaque villageois …. une autre fête assurément !

 

Mardi 18 juin : Pour aujourd’hui, ça sera le « marathon des AGR » (Activités Génératrices de Revenus ). Suite à tous les contacts du mois de mars dans cinq villages pour recenser les idées et les besoins et suite au contact avec le CFP, il s’agit maintenant de vérifier et de préciser ces besoins et comme je l’ai un peu «martelé» en mars : «ces projets ne pourront exister qu’avec des gens sérieux et pour notre prochain contact, ceux qui seront absents … seront «oubliés».

Nous commençons par Ankaraobato où je compte 8 personnes (elles étaient trois en mars).

Le chef de village n’a pas bien compris que le recensement des besoins ...c’était en mars et pas aujourd’hui…. Obligé d’expliquer que nous ne pouvons pas recenser des besoins à chaque réunion : c’est en mars qu’il fallait amener plus de monde … il faut que l’on avance, j’avais dit que je prendrais contact avec le CFP, ce qui a été fait. Bref je donne des nouvelles sur ce qui avait été demandé ici en mars : un projet d’apiculture : pour cette première année, faute d’une étude

approfondie de notre côté et vu le coût élevé des matériels, l’apiculture n’est pas retenue.

Nous sommes ensuite à Anteteza où je suis un peu désolé du temps nécessaire à faire en sorte que les personnes arrivent sur le lieu de la réunion. J’annonce que

les projets individuels ne sont pas retenus, il y a deux absents … adieu ! Le projet poules pondeuses est à priori retenu, la formation se déroulera sans doute en septembre et octobre et aura lieu à Tsaragiso parallèlement à l’extension des poulaillers du village. C’est ensuite le tour d’Ambatolily où la rencontre ne dure

pas très longtemps car même s’il y a un peu de monde, plusieurs «porteurs de projets» (poules pondeuses, élevage porcin, pisciculture) de mars ne sont pas là ... et par ailleurs le projet pisciculture est impossible à réaliser et à pérenniser… M. Naivoson donne son témoignage, lui qui a dû arrêter son expérience pour cause du manque d’eau en 2017 et 2018.

Après le déjeuner au resto de Milenake, nous partons vers Antanimena pour voir si les trois associations souhaitant démarrer l’élevage porcin sont toujours là et si elles maintiennent leurs projets… elles sont bien là et dans une bonne ambiance, j’annonce que le projet est retenu et que la formation pourrait avoir lieu en août et qui plus est, elle aura lieu ici à Antanimena … les applaudissements en disent long sur la joie des trois associations.

Nous terminons vers 15h30 à Belavenoke. Le projet «piment» n’ayant pas été retenu, nous nous concentrons sur les trois associations (d’une quarantaine de membres chacune) intéressées par la production de tomates de chair. Elles sont là et je leur annonce que le projet est retenu, la formation aura lieu ici à Belavenoke en février-mars et avril 2020 pour «coller» avec la bonne saison. Le bonheur est bien visible sur les visages, ça fait plaisir à voir et je sens que c’est aussi un gage de bonne réussite du projet.

 

Mercredi 19 juin : Nous sommes à 9h au CFP pour y rencontrer le directeur et les professeurs-formateurs. Je souhaite poser quelques questions sur les devis de formation que j’ai reçu fin avril et faire quelques remarques sur la formation «tomates de chair» par exemple. Mes remarques visent à redire aux formateurs

que les villageoises concernées ne sont quand même pas des néophytes puisqu’elles cultivent des tomates depuis plus de quinze ans. Leur formation doit donc être adaptée à leur expérience en mettant surtout en avant les spécificités des tomates de chair. La prof concernée a bien compris et prend bonne note, le devis sera refait rapidement.

J’informe l’assistance des projets non retenus pour cette première vague : apiculture, pisciculture, piment et des projets retenus : poules pondeuses (5 personnes d’Anteteza, formation à Tsaragiso en septembre-octobre 2019), élevage porcin (12 personnes à Antanimena en août ou septembre 2019) et tomates de

chair (15 personnes à Belavenoke de février à avril 2020).

De retour à Tsaragiso, nous rencontrons les membres de l’association AVT et plus largement les villageois de Tsaragiso. Avec AVT il s’agit de «caler» l’étape prochaine de commande et d’accueil des 150 poussins (50 pour renouveler la production actuelle et 100 pour les deux nouveaux poulaillers). La commande sera

passée en septembre pour accueillir la livraison début octobre.

Parallèlement, j’informe de la formation à Tsaragiso de 5 personnes d’Anteteza en septembre-octobre. Avec AVT nous reparlons de l’importance qu’il y aurait à posséder un broyeur digne de ce nom. Ce broyeur permettrait à AVT de fabriquer eux-mêmes la provende au lieu d’aller chaque semaine à Tuléar pour acheter

(à prix fort) 30kg de provende, sans parler du temps passé et des frais de taxi-brousse … une économie estimée à 50 % ! De plus, AVT pourrait vendre la provende au CFP et au futur poulailler d’Anteteza. Accessoirement le broyeur pourra également fabriquer la provende pour l’élevage porcin d’Antanimena.

Un peu plus de 2 000€ pour ce broyeur; une fortune pour AVT

mais je fais le calcul que le prêt à 0 % d’intérêts que Projet Action pourrait accorder serait amorti en moins de deux ans.

La formation des villageois d’Anteteza aura lieu dans la salle «études et formation» de Tsaragiso, une salle de 4m sur 4,30m qui pourra accueillir 18 personnes assises. Je sors la convention de partenariat prête à signer…. Tsaragiso nage dans la fierté et le bonheur …. les enfants et les jeunes du village (dont plus de 20 sont au CFP et au lycée technique) pourront faire leurs devoirs confortablement installés … même les rêves les plus fous ne pouvaient imaginer une telle salle.

Nous signons la convention… les travaux démarreront fin juillet et l’inauguration aura lieu le 24 octobre en même temps que les deux nouveaux poulaillers.

 

Jeudi 20 juin : Nous sommes à 9h à Milenake pour parler d’un projet 2020 : la piste entre Beroroha et Andranodehoke. Une piste que nous avons empruntée en 2018 pour une première reconnaissance…. À peine 1,50m de large par endroits… un tronçon de 6km qui est aujourd’hui d’une importance stratégique.

Après les pistes réalisées en 2016 (Marofoty/Antsonomarify/Beroroha/Tsianisiha) et cette année (Marofoty/Manombo et Andranodehoke/Milenake), ce nouveau tronçon permettrait de boucler la boucle en cas de très fortes pluies comme cela a

été le cas en janvier 2019 et donc de passer sans aucun problème de Tsandamba ou Manombo jusqu’à la RN9 pour rallier Ankililoake ou Tuléar.

Nous réunissons donc aujourd’hui les communes les plus directement concernées : Milenake, Ankililoake, Tsianisiha et Marofoty(la commune  de Manombo n’ayant pas pu venir). Il s’agit de vérifier l’intérêt de ces communes pour un tel projet.

Je faisl’historique des pistes réalisées ces dernières années par Projet Action et je donne la parole aux communes présentes qui se bousculent un peu pour prendre la parole et donner leur avis plus que favorable tant ce tronçon représenterait effectivement une «révolution» pour les communications dans toute la région du

point de vue économique, social et culturel.

J’enchaîne en parlant de la condition pour que ce projet soit placé prioritaire en 2020 : il faut tout simplement que les communes présentes se partagent la participation villageoise pour réaliser avant le 20 octobre prochain le débroussaillage, l’élagage et le dessouchage sur 4m de large et 4m de hauteur. Moyennant quoi nous irons en octobre vérifier la bonne réalisation de ce gros travail.

Nos entrepreneurs feront partie du voyage pour une reconnaissance de cette piste de façon à revenir ensuite pour métrer et me réaliser un devis dans la foulée.

Les maires ou adjoints présents se partagent le travail en définissant trois sections et s’engagent à réaliser le travail dès le mois d’août…. d’accord,… nous verrons. Nous convenons de nous revoir samedi 29 pour constituer le comité de contrôle tripartite qui devra le moment venu vérifier la bonne réalisation du travail des trois sections. S’il devait y avoir quelques loupés, les communes auraient le temps de rectifier le tir avant la visite de Projet Action.

Vers 11h, nous faisons avec Naivoson le point sur le fonctionnement du resto de Milenake. Les nouvelles ne sont pas bonnes. Les clients se font plus que rares, seul de temps en temps un groupe, organisme ou société, réserve un repas mais c’est vraiment rare. Pourquoi alors que la qualité de la cuisine était reconnue

de même que les bonnes portions servies et le cadre, calme et aéré ?

Naivoson ne comprend pas. Il me rembourse néanmoins 100 000 Ar. Nous parlons un peu de la journée du 25 et des quatre tournois de pétanque (comme en 2018). La chorale MISAFA animera le repas auquel seront invitées les trois premières équipes de chaque tournoi.

Nous filons à Tsianisiha pour faire le même point avec la gargote. Le resto et le bar ne font pas le plein mais il y a néanmoins des clients de temps en temps. Par contre l’activité épicerie fonctionne très bien du matin au soir. Malala, la gérante a fini de rembourser le prêt qu’e le avait contracté auprès de Volamasoa,elle ne me rembourse que 100 000 Ar mais le montant des remboursements va normalement augmenter sensiblement à partir d’octobre.

Nous déjeunons à la gargote et partons ensuite pour Ankilimalinike où je dois rencontrer le Maire de la commune et celui de Marofoty pour les informer des travaux qui vont être entrepris sur une petite portion de la piste réalisée en 2015. Je les informe donc des travaux qui démarreront en août pour solutionner le gros problème constaté en janvier où nous avons dû, à plusieurs reprises, traverser une retenue d’eau de 40 à 50cm de profondeur sur 50m de long. Il faudra beaucoup de remblais et la création de fossés maçonnés de chaque côté sur une centaine de mètres. La piste sera coupée pendant 3 à 4 semaines et unedéviation sera créée. C’est noté !

Retour à Tsaragiso vers 16h30 pour un peu de repos.

 

Vendredi 21 juin : Ce matin c’est direction Tuléar pour refaire les pleins dont carburant et boissons. J’ai aussi un rendez-vous à ma banque et nous devons passer à la librairie MD Paoly pour y retirer 180 livres commandés en mars. Ces livres en Malgache pour les enfants du préscolaire seront offerts en octobre aux

écoles de Bekodoy et d’Ampoizy.

En fin d’après-midi nous passons chez le menuisier pour charger le reste des meubles pour l’école de Bekodoy que nous livrerons dès demain après-midi.

Je dîne seul Chez Alain, repas tranquille et équilibré et … une bonne nuit.

 

Samedi 22 juin : Nous démarrons à 7h30 pour être vers 9h à Fitsitike et visiter le chantier de réhabilitation de l’école primaire «Caroline Dinin» que nous avons réalisée en 2010. Pour mémoire, l’entrepreneur de l’époque n’avait pas posé les bonnes tôles anti-rouille (dans un moment d’inattention sans doute !).

L’air salé de ce village côtier a fait son oeuvre année après année et il était temps de faire quelque chose et notamment changer toute la toiture en utilisant des tôles galvanisées. Nous en avons profité pour refaire les sols, réparer quelques fissures

et repeindre le tout. Le chantier est presque terminé.

Nous sommes à 3km de là vers 10h à Manombo pour faire le point sur le fonctionnement du gîte d’étape. M. le Maire est là avec les membres du comité de gestion : le gîte n’a pas des clients tous les jours mais il y a quand même une bonne douzaine de nuitées chaque mois. La trésorière me rembourse, comme prévu dans le plan de remboursement, la somme de 240 000 Ar et je signe le reçu.

Nous reprenons la piste en direction de Tsandamba où nous arrivons à 13h. Je ne refuse pas une THB bien fraîche (question de bonne éducation) et le repas qui suit est tout à fait bienvenu, même s’il n’y a pas de langouste.

Mais sans tarder il faut reprendre le pick-up direction Bekodoy … à 28km au nord pour voir où en est le chantier de l’école primaire. Nous y arrivons au bout de près de deux heures. L’ancien bâtiment qui était à réhabiliter entièrement est terminé et l’entreprise a attaqué le nouveau bâtiment : une pièce qui sera dédiée au préscolaire et un bureau pour le directeur. Nous déchargeons les meubles que nous plaçons dans l’ancien bâtiment et sans tarder… direction Tsandamba ! J’avoue qu’il y a eu une autre THB à notre arrivée vers 18h.

Soirée calme et coucher rapide … nous sommes un peu fatigués.

 

Dimanche 23 juin : Départ à 7h30, direction Tsaragiso en passant

par Antsonomarify pour prendre deux membres de la chorale.

Chorale que nous retrouvons à Milenake où elle est depuis deux jours pour une fête. Après le déjeuner pris sur place, les dix membres de la chorale montent dans le pick-up et nous arrivons à Tsaragiso où deux concerts sont prévus demain après

le tournoi de boules de Tsaragiso. Nous invitons la chorale pour le dîner : riz et 1,5kg de viande de zébu. C’est évidemment une soirée festive dans l’ambiance «tournée Projet Action ». Une répétition improvisée avec la bande son diffusée par le pick-up amène une vingtaine de villageois dont des jeunes du village qui dansent avec les jeunes de la chorale.

 

Lundi 24 juin : Nous commençons par une rencontre au CFP et lycée technique où nous apprenons que pour répondre à la demande, la section agriculture est en nette augmentation puisque les effectifs ont doublé alors que, dans le même temps, les sections menuiserie et maçonnerie sont en régression. La section

élevage fait un peu mieux que se maintenir. Répondre à la demande … d’accord mais cela pose aux deux établissements des problèmes d’occupation des salles et d’emplois du temps…

Retour à Tsaragiso où nous lançons le tournoi de boules avec des matchs en 8 points pour gagner du temps. Il devait y avoir deux tournois : un «garçons» et un «filles» mais cette fois les filles sont trop peu nombreuses et nous décidons de ne faire qu’un tournoi … avec 32 équipes. C’est parti ! Ambiance habituelle, voire plus, car ce tournoi spécial «fête nationale» est doté de prix plus importants que d’habitude pour les trois premières équipes : 30 000 Ar, 20 000 Ar et 10 000 Ar.

A 13h, je prépare un repas rapide : omelette aux oignons pour Alijaona qui est occupé en permanence sur la terrasse pour noter les résultats et lancer

les matchs.

Vers 15h c’est la finale : Sissi et Olivier l’emportent devant Stan et Arsène. Ce sont Alpha et Bruno qui emportent la troisième place. Remise des prix avec des sourires de satisfactions grands comme ça et des applaudissements forts et nombreux. Je confirme le petit concert de la chorale vers 17h.

Installation de la sono… essais (toujours un peu long) et c’est parti pour un concert de 25mn avec une centaine de spectateurs.

Tsaragiso est fier de recevoir la chorale d’Antsonomarify, les villageois les connaissent, il y a déjà eu un concert et au moins deux animations d’inaugurations. Tsaragiso connaît aussi la réputation «montante» de la chorale alors … c’est un petit concert mais une très grande joie surtout (évidemment) quand la chorale

entonne la chanson «Tsaragiso» … à la gloire du village et ce

n’est pas rien car dans la commune de Milenake, aucun autre village n’a été mis à l’honneur de cette façon. Il y avait un chapeau sur un tabouret … 14 000 Ar de recette. Vite il faut déménager la sono pour aller l’installer à Ankaraobato.

Il faut au moins 40mn pour l’installation mais ça commence quand même et il y a rapidement 50 spectateurs puis 100 et les 200 seront atteints avant la fin du concert de plus d’une heure. Une chaude ambiance avec des enfants, des jeunes, des adultes. Je suis appelé par la chorale et après un mini sketch sur le thème «non, non, je ne sais pas chanter» … nous interprétons «Tout peindre en bleu»… Ankaraobato ne m’avait jamais entendu chanter, les spectateurs sourient et ont l’air heureux, je suis heureux avec eux. Le concert continue et à la fin, Danielson (le chef de choeur) fait entrer les spectateurs dans la danse. Tout le monde bouge, danse, rit et applaudit… une bien belle soirée et une bien belle journée pour plusieurs centaines de personnes.

 

Mardi 25 juin : Nous sommes avant 8h à Milenake pour assister et participer aux quatre tournois de boules. Grand succès populaire puisque 64 équipes sont inscrites. Trois terrains balisés, c’est un fils de Naivoson qui gère le tout (nous lui avons juste fourni les feuilles de matchs). Il y a un arbitre par terrain et les matchs s’enchaînent à un bon rythme. Vers 10h, le tournoi des DadaBe (grands pères) démarre et Alijaona et moi entrons dans la danse : après avoir été menés de 4 et 6 points nous réussissons à revenir et gagnons notre premier match, idem pour le

deuxième, nous nous retrouvons donc en finale avec les champions locaux. Nous menons 4 à 0 mais la chance des adversaires, le mauvais terrain (et une tempête de neige) nous font perdre 13 à 9 !

12h45 : les tournois sont tous terminés et les trois premières équipes de chaque tournoi se retrouvent dans la grande salle du resto pour un très bon repas : entrée, plat de riz et viande et dessert plus sodas … c’est une grande fête … animée par la chorale MISAFA dans une ambiance des grands jours.

Vers la fin du concert, deux gamines de 12 ans demandent à Danielson si elles peuvent chanter avec eux… oui et il s’en suit un moment très sympathique qui me permet de constater que les gamines ont des voix «bleues». Je les contacte et, avec Danielson nous convenons d’un rendez-vous : «il faut créer une chorale de filles».

Remise des prix aux gagnants … encore une belle journée avec beaucoup de rires pour fêter la fête nationale de demain.

 

Mercredi 26 juin : Ce matin je vais visiter et prendre en photos le chantier de Tsaragiso : les deux nouveaux poulaillers. Le chantier est bien avancé et ne tardera pas à être terminé. C’est une bonne chose et comme prévu, la commande des poussins pourra être faite en septembre.

Vers 10h nous allons à Milenake pour saluer la commune. Il y a pas mal de monde et pas seulement toutes les écoles. Notre venue, non prévue, est saluée par les villageois, les enfants et les jeunes. Je fais passer le message au Maire comme quoi je suis attendu à Ankililoake, donc si je pouvais dire quelques mots

maintenant … ça serait bien. Le Maire, heureux de mon passage, est d’accord. Je fais donc un petit discours dans lequel, outre le plaisir d’être présent à Milenake une fois de plus pour la fête nationale, je dresse la liste de ce que Projet Action réalise cette année dans la commune : les buts de foot à Ankaraobato, les deux poulaillers de Tsaragiso, l’agrandissement de l’EPP d’Ampoizy et la réhabilitation complète de la piste Volamindry …tonnerre d’applaudissements. Je dis «veloma» à tout le monde et nous remontons dans le pick-up direction Ankililoake.

C’est la première fois que je vais assister à la fête nationale à Ankililoake, une commune qui n’est pas dans notre zone d’intervention. M. le Maire que j’ai connu le 20 juin dernier à Milenake est dans tous ses états … accueillir Projet Action dans sa commune… il vient nous chercher à la descente de la voiture et nous finissons à pied avec lui jusqu’au stade où a lieu le rassemblement… nous entrons dans l’arène. C’est noir de monde, au moins 2 000 personnes, il faut dire que cette commune est énorme et comporte presque autant d’habitants que les cinq

communes dans lesquelles nous intervenons. Les gens applaudissent comme si le Président de la République arrivait.

M. le Maire dit quelques mots pour me présenter, même si, compte tenu de la proximité (Ankililoake n’est qu’à 3km d’Ankaraobato) les gens me connaissent, sans parler de la grande réputation de Projet Action. M. le Maire me passe le micro et je dis d’abord quelques mots pour détendre l’ambiance quelque peu

surchauffée. Je parle d’Ankililoake que je connais un peu depuis 25 ans et de ce gros village dans lequel je viens de temps en temps pour faire des achats … en pensant à nos possibilités de réalisations pour 2020 et compte tenu des projets actuels dont certains avancent plus ou moins bien, j’en viens à annoncer, à la

surprise générale, que Projet Action est partant pour étudier avec la commune un projet dans le domaine de l’éducation, projet qui pourrait être réalisé dès 2020.

M. le Maire et toute la tribune des «officiels» n’en croient pas leurs oreilles. Alijaona traduit et la foule (en délire) applaudit.

Il s’en suit un repas dans un resto du village avec une quarantaine d’invités.

M. le maire se place à notre table et nous parlons. Je lui dis me souvenir que le lycée, en 2005, manquait de salles de classes et je lui demande si c’est toujours le cas… oui me dit-il. Nous pourrions étudier cela et comme nous n’avons rien

au programme vendredi après-midi, je lui propose de nous rencontrer

à 15h au lycée. C’est noté.

 

Jeudi 27 juin : Nous sommes invités aujourd’hui à Antsonomarify, village qui, comme pas mal d’autres dans la commune, organise «sa» fête nationale. Hier c’était la fête au chef-lieu de commune avec le Maire et le défilé des écoles.

Mais avant d’aller à Antsonomarify, nous allons voir et inspecter

les travaux de la piste Marofoty-Antanimahery-Manombo : beaucoup

de remblais ont été mis en place et on roule déjà bien.

Nous arrivons au premier dalot et une chose me saute tout de suite aux yeux; ce dalot ne fait pas 3m de large, nous continuons et arrivons au 2e dalot … même constatation, il en sera de même jusqu’au bout. Nous n’avons pas le double-décamètre mais au pas et à l’oeil, ces dalots font entre 2,40 et 2,70 grand

maximum. Je me demande pourquoi notre salarié ne s’est pas aperçu de telles erreurs … Lundi matin je verrai l’entrepreneur à Tuléar pour qu’il rectifie rapidement.

Revenus à Antsonomarify nous assistons à la petite fête : danses des préscolaires, chansons de la chorale, petits discours dont le mien. Le village me remercie d’être venu. Le midi nous sommes invités au repas chez Danielson et vers 15h c’est la finale du tournoi local, je prévois donc que les vainqueurs seront d’Antsonomarify

et … je ne me suis pas trompé !

 

Vendredi 28 juin : Encore des visites de chantiers au programme.

Nous commençons par Ampoizy pour voir où en est la construction des deux petites salles de classes supplémentaires plus un bureau pour la directrice pour cette école primaire qui ne comportait que deux salles de classes. Le nouveau bâtiment en est au début de l’élévation des murs ; le chantier a démarré avec

plus de trois semaines de retard mais ce n’est pas un probl me,ça sera probablement terminé en août. Nous mesurons chacune des trois pièces : c’est conforme.

Nous allons maintenant à Milenake et tournons à droite sur la piste Volamindry : elle n’est pas terminée mais c’est déjà une transformation incroyable : remblais, nouveaux dalots, nouveaux ponts en béton, nouveaux passages d’eau … je ressens une forte émotion et un réel bonheur en imaginant d’une part l’inauguration du 25 octobre et surtout la quasi-révolution que cela va être pour les déplacements quotidiens de centaines de villageois à pieds ou en charrettes …

Retour à Tsaragiso pour le repas et une petite pause avant de nous rendre à 15h au rendez-vous au lycée d’Ankililoake. M. le Maire est un peu en retard, j’en profite pour regarder de près le grand bâtiment de six salles de classes dont deux semblent abandonnées avec quelques tables-bancs en ruine. Il y a aussi un bâtiment assez grand, volets fermés. M. le Maire arrive à moto et je lui demande de suite combien de sections comporte le lycée … il ne le sait pas et téléphone au proviseur (qui aurait dû être là mais qui est retenu par une panne sur la RN9), celui-ci le renseigne … Je demande également quelles sont ces deux salles qui ont l’air abandonnées : «elles ne servent plus à cause du manque de meubles» ! Et quel est ce bâtiment neuf ? «c’est une salle de classe + une salle des profs, c’est moi qui l’ai fait construire». M. le Maire, on ne se connaît pas beaucoup mais

je vais vous dire gentiment que ce que je vois ici par rapport à votre demande de deux salles supplémentaires me bouleverse : le lycée comporte 7 salles de classes alors qu’il y en a besoin de 6 ou 7 et vous me dites qu’il en manque 2, tout cela parce que deux salles n’ont plus de meubles. M. le Maire, franchement ce

n’est pas très sérieux

Je lui pose ensuite des questions sur les collèges et j’apprends qu’il n’y en a qu’un situé à Ankililoake. Il y a par ailleurs plusieurs établissements privés mais la commune est immense et le chef-lieu Ankililoake est situé à l’extrême sud de la commune. Après une petite discussion, il s’avère qu’un gros village situé au nord pourrait avantageusement accueillir un collège, plusieurs villages seraient concernés : en octobre nous poursuivrons l’étude et nous irons dans ce village : Antseva. D’autre part je demande à recevoir rapidement le détail de l’effectif du collège public d’Ankililoake, nombre d’élèves par classe et par section, villages d’origine de ces élèves …

 

Samedi 29 juin : Nous sommes à 10h à Milenake pour une nouvelle rencontre sur le projet de piste 2020 entre Beroroha et Andranodehoke avec notamment les trois communes les plus concernées (Marofoty, Milenake et Ankililoake). Il s’agit de constituer le comité de contrôle intercommunal qui aura la responsabilité en septembre de vérifier la bonne réalisation du débroussaillage, élagage, dessouchage sur toute la longueur de cette piste. Le comité est constitué avec un représentant de chaque commune. Et s’il y avait un petit problème, la commune

concernée aurait le temps de rectifier avant la visite de Projet Action du 28 octobre. Tout le monde est bien d’accord : affaire à suivre …

A 16h à Tsaragiso nous recevons les brodeuses qui amènent les 120 sacs épices (20 de chaque modèle) commandés en mars.Nous les inspectons un par un : pas de problème, ils viennent renforcer notre stock et sont prêts à répondre aux nombreuses commandes des parrains et donateurs. Je re-commande 60 sacs pour octobre ainsi que 10 séries de deux sacs à pain et 15 séries de trois torchons (qui nous ont été redemandés par des parrains). Je paye les brodeuses et, tradition oblige, j’offre du soda.

 

Dimanche 30 juin : C’est aujourd’hui un jour particulier car je suis de baptême à Antsonomarify. Vaohita (qui fait partie de la chorale) m’a demandé d’être le parrain de son fils Pierre né en septembre 2018. En janvier, elle m’avait demandé de décider d’un prénom pour son fils et au bout de quelques minutes j’avais dit «Pierre» en souvenir de mon frère décédé en 2015. Il y a eu deux autres baptêmes ce jour-là. Le midi nous sommes invités à prendre le repas chez Arsène, le chef du village.

Cet après-midi nous rangeons la maison car demain c’est le départ

pour Tuléar.

 

Lundi 1er juillet : Départ à 7h30 ; au revoir à Tsaragiso et à tous les amis. Nous emmenons Claude (le président d’AVT) car à 11h, nous avons rendez-vous avec un professionnel de la provende en tout genre qui a un beau broyeur à vendre. Je lui pose quelques questions, il nous assure d’un service après-vente gratuit s’il y avait le moindre problème. Bon, j’ai pris note et j’en parlerai avec notre Conseil d’Administration en septembre pour l’achat et l’octroi d’un prêt à 0 % d’intérêt sur deux ans à l’association AVT (c’est notre démarche pour tout ce qui est meuble

lorsqu’il s’agit d’une activité commerciale).

Déjeuner «Au Jardin» avec Claude qui a entendu parler des pizzas mais n’en avait jamais mangées … il a apprécié.

A 15h nous avons rendez-vous «Chez Alain» avec M. le Maire de Tsifota pour le «relancer» sur les infos qu’il doit me fournir à propos du projet de CEG à Andravona depuis le mois de janvier mais …. M. le Maire n’est pas venu….. ce n’est pas très sérieux et ce projet a du plomb dans l’aile !

A 17h, nous recevons les entrepreneurs pour signatures des nouveaux contrats (avenant piste Andranodehoke, travaux sur piste Ankilimalinike et salle «études et formation» de Tsaragiso.

Je passe une petite commande supplémentaire de 9 tables et 9 bancs pour la salle «études et formation» de Tsaragiso.

La soirée fut calme et la nuit fut bonne.

Cette mission devait être plus légère que d’habitude, ce ne fut pas le cas mais le plus important étant que les chantiers avancent bien, certains sont déjà terminés, d’autres le seront courant juillet et le dernier fin août … comme prévu.

 

Philippe MEYER – Président de Projet Action

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION