Zébu n°83

mars - avril - mai 2018

EDITO

Est-on heureux à Milenake, Tsianisiha, Manombo, Marofoty ?

 

Les organismes internationaux, l’ONU en particulier, observent le monde et délivrent de nombreuses statistiques pour classer les différents pays. Les résultats de ces études servent à établir  les critères de délivrance de fonds venant en aide aux états.

Deux échelles mondiales de classement attirent notre attention, d’une part l’Indice de Développement Humain qui place Madagascar à la 158e place (sur 188) ; d’autre part la mesure du niveau de bonheur qui indique que les Malgaches font partie des 10 peuples les plus malheureux du monde (148e sur 157).

L’Indice de Développement Humain (IDH) mesure la qualité de vie moyenne des habitants d’un pays. L’IDH se fonde sur trois critères majeurs : l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation et le niveau de vie.

L’échelle du niveau de bonheur prend en compte trois composantes, à savoir : la croissance économique, le développement social et la protection de l’environnement.

Alors, nous tous qui œuvrons depuis plus de 20 ans sur ce petit bout de terre malgache, a-t-on réussi à bouleverser ces classements ? Il est difficile de répondre en termes statistiques.

Cependant, on peut dire au regard des réalisations prévues en 2018 qui sont, dans leur diversité, semblables à celles des années précédentes, que Projet Action répond aux principaux besoins susceptibles d’augmenter l’IDH ou le niveau de bonheur. Ainsi, l’éducation et la formation avec des constructions d’écoles, des stages de formation, des classes vertes ; la santé avec des séances d’éducation sanitaire ; le sport et le loisir avec le développement de la pétanque ou le foot féminin, la sécurité avec la construction d’une gendarmerie ; l’économie en soutenant des créations d’entreprises… Peut-être un des critères du bonheur, le soutien social, n’est pas encore pris en compte en tant que tel dans nos actions.

Le 20 mars 2013, lors de la 1ère journée internationale du Bonheur, le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon, soulignait que « Tous les peuples du monde aspirent à mener des vies heureuses et épanouissantes, à l’abri de la peur et du besoin et en harmonie avec la nature » …

Projet Action continuera avec vous et tous ceux que vous pourrez convaincre à accompagner les villageois pour toujours plus de bonheur.

                        André Duport- Secrétaire de Projet Action

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION