Interview du nouveau maire de Marofoty


Depuis le 27 novembre 2019, M. Ravonjisoa Olivier dit Rico est le nouveau maire de la commune de Marofoty.
Zébu : M. Rico, parlez-nous des attentes des gens. M. le maire : les habitants de la commune de Marofoty nous ont confié une lourde tâche en votant majoritairement en faveur de notre liste. Concernant les attentes des gens, nos discours de campagne ont été axés sur :    • la continuité du partenariat avec Projet Action,     • la participation des gens à la maintenance des réalisations      • la lutte contre le problème d’insécurité et la corruption. Dès notre accession à la tête de la commune, nos préoccupations consistent à les rendre effectives en nous appuyant sur la collaboration des communautés de base et la prise de responsabilité de chacun. La citoyenneté est un élément fort du débat.
Zébu : Projet Action a financé l’année dernière la réfection totale de la piste entre Marofoty et Manombo, comment la population a t’elle accueillie cette infrastructure ?
M. le maire : cette piste est d’une importance capitale pour les communications et échanges commerciaux entre les pêcheurs vezo et les agropasteurs masikoro. Dans le temps, elle n’était qu’une piste boueuse obstruée par les branches qui se touchent. Même les charrettes avaient du mal à passer. Il fallait au moins deux heures pour relier Marofoty à Manombo. Aujourd’hui, grâce à Projet Action, la piste est devenue accessible et est empruntée quotidiennement par des centaines de piétons et de charrettes. Le trajet se fait en 1h15 à pied ou en 15mn en voiture. C’est un énorme plus pour les habitants. Nous espérons que Projet Action poursuivra son intention pour le projet piste Beroroha - Andranodehoka. Cette piste serait un axe important qui parachèverait le désenclavement de notre commune après la piste Marofoty-Manombo. Notre défi est de finir les travaux d’élagage et de dessouchage qui n’étaient pas faits l’année dernière. C’est nous-même qui allons manager la participation des villageois aux travaux. (NDLR : le précédent maire avait fait le même discours ...Nous verrons)

Je reviens sur la piste Marofoty-Manombo : elle a un impact significatif sur l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires. Par exemple les cas de maladies, d’accouchements difficiles des femmes qui conduisent à des décès à cause de l’impraticabilité de la piste. Impact également sur les activités économiques quoique difficilement quantifiables en termes monétaires. A chaque fois que l’on passe à Marofoty, surtout en fin de l’après-midi, on voit toujours du monde au petit bazar financé par Projet Action en 2018. Le nombre des vendeuses augmente. Les tables en bétons ne suffisent plus et ont amené certaines vendeuses à fabriquer des petits pavillons en chaume pour vendre leurs marchandises. Ce changement nous incite à réfléchir sur la création d’un marché hebdomadaire. Le projet d’agrandissement du petit bazar sera un atout et nous attendons avec impatience la décision de Projet Action sur la mise en chantier.


Zébu : quand est-il des interventions de la commune dans la lutte contre le phénomène d’insécurité?
M.le maire : les interventions porteront sur la participation de la population au système d’autodéfense connu par le terme « dinabe ». Ce système est pratiqué dans les villages soit à travers des patrouilles de nuit, soit par l’application du règlement relatif aux infractions et perturbations dans la société. Bien que l’application du règlement connaisse parfois des déviances, il contribue à affaiblir le fléau. La commune est donc déterminée à prendre et à appliquer les mesures nécessaires pour redresser les pratiques déficientes et prévoir la mise en place d’un cadre légal. A cette fin, nous travaillons en étroite collaboration avec toutes les autorités administratives, les élus et les éléments de la Gendarmerie et de l’Armée.


Zébu : et en ce qui concerne l’environnement ?
M. le maire : l’homme a toujours besoin de produits et de services forestiers. Tout le monde se précipite pour avoir accès à ces ressources sans se soucier parfois de la bonne maîtrise. Depuis quelques années, à cause de la déforestation, le pays est en train de perdre sa réputation d’île verte. Toutes ces richesses sont menacées par les activités humaines. Bien que le transfert de gestion aux communautés locales soit une solution, la discontinuité du processus freine leur participation, il en découle une efficacité très discutable. Les comportements opportunistes visant à l’utilisation des ressources à des fins personnelles ne seront probablement pas éliminés. Ainsi, la commune est déterminée à prendre et appliquer les mesures nécessaires en se référant à la loi contre les feux de brousse pratiqués par les éleveurs et les déforestations successives, tant pour l’agriculture que pour la fabrication de charbon de bois. Elle est aussi déterminée à former et sensibiliser les gens pour qu’ils aient une attitude positive vis-à-vis de l’environnement. Les actions à mener consistent à sensibiliser la population sur l’importance des arbres pour l’existence de l’homme, sur la gestion de ressources boisées et sur l’utilité et les vertus des plantes reboisées.


Zébu : avez-vous d’autres choses à dire ?

M. le maire : c’est une opportunité pour nous de remercier Projet Action pour son choix d’inclure notre commune dans sa zone d’intervention. Les grands travaux entrepris sur les pistes ont permis de désenclaver le trafic commercial entre les communes. C’est vraiment de l’humanitaire et nous ne voulons pas rater cette occasion pour en témoigner et remercier les parrains et donateurs pour leur choix de soutenir Projet Action.

Au nom de tous les habitants de la commune et tous les bénéficiaires utilisateurs de ces pistes, nous leur adressons nos vifs remerciements. Nous espérons qu’un jour nous aurons l’occasion de leur exprimer de vive voix nos reconnaissances.
Propos recueillis et traduits par Alijaona

 

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION