INTERVIEW

 

Louis RANDRIAMANANTENA

Huit membres de l’association AVT (« œufs et riz Tsaragiso ») vont suivre début août des cours d’alphabétisation adultes financés par Projet Action. M. Louis en fait partie et le Zébu a décidé de le faire parler avant cette formation.

Zébu : M. Louis, parlez-nous de vous.

M. Louis : On me connait sous le nom de Louis mais mon vrai nom est RANDRIAMANANTENA Louis. J’ai actuellement 41 ans et j’ai 7 enfants de 19 ans à 3 ans. Notre maison a une seule pièce. Je suis de la descendance des originaires de St Augustin qui, pour des raisons de survie, ont immigré dans cette zone.

Ne sachant ni lire ni écrire, notre bureau est la rizière. Nous devons retourner la terre et faucher les mauvaises herbes pour trouver de quoi vivre et nourrir les enfants.

Zébu : Comment se fait-il que vous ne sachiez ni lire ni écrire alors que l’enseignement primaire est obligatoire dans le pays ?

M. Louis : Les causes en sont multiples mais la principale est liée à la pauvreté. Contraints par les dépenses alimentaires, les parents font travailler leurs enfants pour subvenir aux dépenses de la famille plutôt que de les envoyer à l’école.

Je suis allé à l’école quand j’étais petit mais mes parents m’ont fait sortir prématurément, malgré ma volonté, pour garder les zébus. Si je savais lire, je pourrais apprendre toutes les choses qui sont écrites dans les livres.

Zébu : Qu’est-ce qui vous a motivé pour suivre les cours d’alphabétisation ?

M. Louis : C’est l’envie de sortir de la caverne de l’illettrisme et d’accéder au monde de l’écrit et au plaisir de lire et d’écrire. J’en avais assez de cacher mon incapacité et de la laisser me ronger. Les gens qui mènent une vie rongée ont des problèmes de toute sorte. Qu’importe l’activité que l’on a, agriculture ou élevage, on a toujours besoin de savoir lire, écrire et calculer.

Zébu : Qu’est-ce qui va changer après votre formation ?

M. Louis : Il est évident que je serai sorti de mon infirmité et pourrai suivre la scolarité de mes enfants, je comprendrai ce qu’ils écrivent, je saurai lire leur carnet scolaire et les observations des enseignants. A l’issu de cette formation, je saurai me servir d’un téléphone pour communiquer et je remplirai plus efficacement mon rôle de conseiller au sein de notre association. Le rêve de suivre des formations et de prendre des notes pendant les réunions sera une réalité.

Zébu : Comment seront organisés les cours ?

M. Louis : Ils auront lieu au CFP Robson TSIRAVOA et s’étaleront sur 5 semaines à partir de début août à raison de 10 h par semaine. Le contenu de la formation doit être fonctionnel.

Zébu : Les apprenants suivront-ils régulièrement les cours ?

M. Louis : Etant donné que ces cours sont financés à notre demande, je crois que les 8 inscrits les suivront régulièrement. De son côté, l’association prend aussi l’engagement de tout mettre en œuvre pour faire respecter ce qui a été convenu. Nous pouvons nous attendre à un résultat probant.

Propos recueillis et traduits par Alijaona

 

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION