Classes vertes 2019

 

Toujours à la poursuite de ses actions pour l’éducation environnementale, Projet Action a financé cette année 3 classes vertes pour 155 enfants de l’EPP d’Ankaraobato qui n’ont pas pu participer en 2018 et 55 enfants de l’EPP d’Ampoizy.

Le principal objectif est de:
• donner aux enfants l’occasion d’apprendre autrement qu’à l’école, de s’exprimer hors du contexte familial et scolaire
• sensibiliser les enfants au respect de l’environnement selon une pédagogie active basée sur l’animation et les marches
• sensibiliser les enfants à la conservation d’espèces animales et végétales de la forêt.


Afin de faciliter l’encadrement, les enfants ont été répartis en trois vagues. Les classes de 7ème et 8ème ont été regroupées dans la première vague, les 9ème et une partie des 10ème dans la deuxième. Les autres sont rassemblés dans la troisième vague avec les 55 enfants d’Ampoizy.

 

Le calendrier de séjours a été établi comme suit :
- 1ère vague: du 22 au 25 mai ;
• 2ème vague: du 29 mai au 1er juin ;
• 3ème vague: du 05 au 08 juin
Comme le camion car de Bel Avenir est encore en réparation, le responsable des classe vertes a loué 3 voitures de 26 places pour récupérer les enfants. La plupart d’entre eux ne sont jamais
sortis de leur commune. Ils ont beaucoup entendu parler de Mangily mais c’est le voyage pour les classes vertes qui leur a permis de le découvrir. Concernant le séjour, les animateurs se sont bien occupés des enfants. Ils les ont fait jouer, chanter et danser au rythme de « tsapiky ». Ils leur ont fait visiter le village des tortues, le centre agro forestier et la forêt de baobabs.

A proposde l’éducation environnementale, les animateurs ont profité de ces visites pour expliquer aux enfants le méfait des déforestations successives, tant pour l’agriculture que pour la fabrication de charbon de bois sur l’environnement. Les petites questions posées par les enfants sur les feux de brousse les ont amené à expliquer que les pratiques des éleveurs pour la recherche de nouvelles pousses pour le bétail renforcent la dégradation de l’environnement. Nous avons assisté à l’animation et aux différents jeux de plage et nous avons constaté que les enfants se sont beaucoup amusés. J’ai profité de cette occasion pour faire parler les enfants et une enfant de Tsaragiso s’est portée volontaire pour raconter ce qu’elle a découvert pendant la visite…
l’importance des vazahas (blancs) qui circulent à Mangily, la taille impressionnante du squelette de la baleine. Nous avons remarqué que la plupart des enfants ayant l’habitude de se baigner dans les canaux d’irrigation ont peur de nager dans la mer.
Si courte soit la durée des classes vertes, elles présentent un fort intérêt pédagogique qui ne rendra que meilleur le retour à l’école. Elles ont permis aux enfants de découvrir les lémuriens
(les lépilémurs pattes blanches) et les belles tortues radiata et pixis, autochtones du sud-ouest de Madagascar. Elles ont entraîné une dynamique nouvelle dans les relations entre les élèves, mais aussi avec les enseignants. Par ailleurs, la prise en compte des besoins individuels, la proximité des encadrants, la quête
d’activités nouvelles, la sensibilisation au respect de la nature sont aussi des aspects importants de ces classes vertes. Les séjours se sont achevés par des jeux et une soirée musicale
et les enfants ne sont apparemment pas prêts de les oublier. Ils sont encore prêts de revivre l’ambiance.
Alijaona RAJOMALAHY 

Le coordinateur de Projet Action

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION