Interview

du Maire de la commune d’Analamisampy

 

M. RATOVOSON Chefelin a été réélu, il y a un an, Maire de la commune d’Analamisampy. Le Zébu l’a fait parler pour connaître ses espoirs avec l’arrivée de Projet Action dans sa commune.

 

Zébu: M. le Maire, parlez nous un peu de votre commune.

M. le Maire: Elle est au nord du district de Toliara-II et se trouve à 107 km de la ville de Toliara. On y accède en empruntant la RN 9 depuis. Avec une superficie de 449 Km2 et subdivisée en 11 villages elle compte 34 591 habitants. Les équipements collectifs nous font défaut. Malgré les conditions déplorables liées à l’irrégularité pluviométrique et à l’absence de barrage de rétention d’eau et des canaux d’irrigation, l’agriculture demeure la principale activité des gens. La grande saison de culture s’étale de septembre à mars et la culture de contre-saison s’opère entre avril et juin. L’élevage bovin et des petits  ruminants est pratiqué mais n’est pas assez développé à cause des problèmes d’insécurité liés aux vols de bœufs.

Zébu: Quelles sont les attentes des gens à  votre mandat ?

M. le Maire: Cela fait un an que j’exerce mon 2e mandat. Nous étions 3 à concourir et j’ai remporté avec 62,35% des voix. En ce qui concerne les attentes des gens, nos discours de campagne ont été axés sur:

  • le renforcement de la sécurité des habitants et de leurs biens
  • l’amélioration de l’accès de la population à l’éducation et aux services sanitaires,
  • le raffermissement de la collaboration et du partenariat avec les acteurs de développement.

Si nous sommes réélus, c’est que notre programme correspond aux attentes et aux besoins des villageois. Nos premières préoccupations ont consisté à nous appuyer sur la collaboration des communautés de base et le partenariat avec les acteurs de développement.

Zébu: Parlant du partenariat avec les acteurs du développement, que savez-vous de Projet Action?

M le Maire: Nombreux sont les organismes qui prétendent faire du développement. Nous les distinguons par leur démarche et leurs réalisations. Très souvent c’est le rapport  de ce qui a été réalisé  qui nous  parvient. Notre avis sur le projet n’a pas du tout été consulté. Mais avec Projet Action, on se sent impliqué aussi bien dans le projet que dans l’action. Nous avons pu apprécier cette démarche lors des grands  travaux de construction du CFP Robson TSIRAVOA. Ne parlant que de la clôture de ce centre, dès l’étude de faisabilité du projet jusqu’à la réalisation concrète, les avis des 7 communes de la partie Nord du district ont été consultés. Cela pour dire que Projet Action ne fait rien sans l’accord et la participation effective des bénéficiaires. Ce sont les besoins exprimés par les villageois qui déterminent ses actions. Une des particularités que j’ai notée, comparée aux autres organismes, est la rigueur sur les réalisations. De plus, avant le démarrage des chantiers, on connaît la date des inaugurations. Je vous assure que c’est du "jamais vu".

Zébu: Quels sont les espoirs des habitants de votre commune avec l’arrivée de Projet Action?

M. le Maire : Nul n’ignore la présence de Projet Action dans la partie nord du district de Toliara-II et personne ne méconnaît les résultats. Comparées aux autres communes du district, les communes d’intervention de Projet Action sont en avance  en matière de développement. Le cas de la commune de Milenaka peut être cité en exemple. Depuis l’intervention de Projet Action, cette commune a subi un changement considérable. Elle est passée de la dernière à la première place sur les 23 communes du district.Toutes les infrastructures de base ne lui font plus défaut. On y trouve deux CSB avec maternités, des écoles, un collège avec internat, un Centre de Formation Professionnelle et un Lycée Technique avec internat. A cela s’ajoute le grand maxi-marché et le poste avancé de Gendarmerie. Concernant toujours le développement, nous avons aussi remarqué le changement survenu dans la commune de Tsianisiha. La grande place du marché, le Gîte d’étape, le collège, le lycée intercommunal et les infrastructures autour ont changé le look du chef-lieu de commune.Se référant à ces changements,  nous avons de solides espoirs que ce qui a été réalisé dans ces  communes le sera aussi dans la notre. Cette année, nous avons eu le grand plaisir de signer avec Projet Action et la commune d’Ankililoaka la convention de partenariat pour la construction du collège d’Antseva dont le chantier est en cours. Même si ce CEG n’est pas dans notre territoire, les enfants de la partie sud auront la chance d’en bénéficier.

Zébu : Et en ce qui concerne l’éducation?

M. le  Maire : Concernant l’éducation des enfants, certains villages de notre commune ont bénéficié des constructions financées par Aide et Action dans les années 90. Les bâtiments sont encore en bon état mais la capacité d’accueil ne suffit plus pour accueillir les élèves et amène la plupart des établissements à pratiquer les « classes à mi-temps » avec toujours un impact négatif sur les résultats de fin d’année. Certains de nos villages n’ont pas eu d’école Aide et Action et ne disposent que d’une ou deux salles de classe Pour l’éducation préscolaire, aucun établissement dans la commune ne dispose d’un bâtiment adéquat. Pour accueillir les enfants, les parents d’élèves se sont permis d’utiliser une des salles existantes ou se cotisent pour financer la construction  d’un local de 2 pièces en chaume ou en tôles de récupération. En ce qui concerne les enseignants, les principaux problèmes dans les salles portent sur le manque de matériels pédagogiques et l’insuffisance de tables banc. Pour redresser la situation, les actions à entreprendre devront porter sur :

  • la construction de salles supplémentaires,
  • la construction de bâtiments pour le préscolaire,
  • l’équipement des salles de classe en tables banc.

Nous avons voulu parler de cela au Président Philippe en mars mais l’occasion a été gâchée  par l’épidémie.

Zébu : Avez-vous d’autres choses à nous dire?

M. le  Maire : Nous adressons nos sincères remerciements à Projet Action pour son choix d’inclure notre commune dans sa zone d’intervention. Nos sincères remerciements aussi à l’endroit des parrains et donateurs pour leur fidélité à soutenir cet organisme. Espérons que les vols internationaux Air MAD reprennent et que Président Philippe puisse prendre son vol. Que le Seigneur le mette à l’abri de la COVID 19  et qu’il puisse venir sain et sauf dans le pays.

 

Zébu : Philippe n’est jamais venu dans votre commune.

M. le Maire: C’est vrai, tous nos villages l’attendent, les villageois connaissent son nom et sa réputation mais beaucoup ne l’ont jamais vu. Vous n’imaginez pas la joie des villageois et la fête quand Philippe arrivera dans leur village.

Propos recueillis et traduits par Alijaona

 

 

Dans le cercle, le territoire d'intervention de PROJET ACTION
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ASSOCIATION PROJET ACTION